Résidence secondaire : quels impôts dois-je payer ?

Résidence secondaire : quels impôts dois-je payer ?

Lorsque vous investissez dans une résidence secondaire, il est essentiel de considérer son prix d'achat mais également le coût de son entretien et de sa fiscalité. Les charges peuvent y être élevées. Contrairement à une résidence principale, le propriétaire ne séjourne dans sa résidence secondaire que durant de courtes périodes.Taxe d'habitation, taxe foncière, taxe d'enlèvement sur les ordures ménagères ou encore impôt sur la plus-value incombent aux propriétaires de résidence secondaire. 

Les résidences secondaires sont soumises à différentes taxes qu'il est essentiel de prendre en compte avant d'investir dans un tel achat. Il s'agit de logements de villégiature soumis aux mêmes impôts que les résidences principales, auxquels s'ajoutent d'autres taxes. Elles disposent donc d'une fiscalité élevée. 

Taxe d'habitation d'une résidence secondaire : comment est-elle calculée ?

Tout comme pour une résidence principale, les propriétaires de résidence secondaire doivent s'acquitter de la taxe d'habitation. Elle est également calculée en fonction de sa valeur locative nette, sur la base de taux fixés par les collectivités locales. Sont pris en compte dans le calcul, la superficie de la résidence, la ville, le quartier, les équipements, le niveau de confort ainsi que les revenus professionnels du propriétaire. La seule différence qui existe avec le calcul de la taxe d'habitation pour une résidence principale est qu'aucun abattement ni plafonnement en fonction des revenus n'est possible. 

De plus certaines communes appliquent une majoration de la taxe d'habitation pesant sur les résidences secondaires dans le cadre de la taxe sur les logements vacants. Le montant de cette majoration est compris entre 20 et 60%. Cette pratique est répandue dans les zones géographiques tendues où l'offre locative n'est pas suffisante. Il est cependant possible de demander une exonération de cette majoration dans certains cas :

  • pour des raisons professionnelles, vous êtes contraint d'habiter dans un lieu différent de celui de votre habitation principale ;
  • vous êtes hébergé de façon durable dans un établissement de soins ;
  • vous ne pouvez pas utiliser votre résidence secondaire comme habitation principale pour une raison étrangère à votre volonté. 

Les propriétaires de résidence secondaire doivent payer la taxe d'habitation

Payer la taxe foncière d'une résidence secondaire

La taxe foncière doit être payée, en théorie, par tous les propriétaire de résidence secondaire. Il existe cependant, dans la pratique, de nombreuses exceptions. Si le logement est neuf, il bénéficie d'une exonération de la taxe foncière pendant deux ans, si le logement est ancien et a fait l'objet de travaux de rénovation énergétique, le propriétaire peut être exonéré de taxe foncière pendant cinq ans. De même, si le propriétaire a plus de 75 ans, il peut disposer d'une exemption.

La taxe d'enlèvement sur les ordures ménagères pour une résidence secondaire

Appelée TEOM, cette taxe est à régler même si le logement n'est habité que quelques jours dans l'année. Elle contribue au financement de la collecte et du traitement des déchets. Tout comme pour la taxe d'habitation et la taxe foncière, elle est calculée en fonction de la valeur locative du bien : superficie, ville, quartier, environnement, équipements, niveau de confort...

Les propriétaires de résidence secondaire doivent payer la taxe sur l'enlevement des ordures ménageres

S'acquitter de l'impôt sur la plus-value pour une résidence secondaire

Lorsque vous vendez un bien immobilier, vous réalisez le plus souvent une plus-value immobilière. En cas de vente d'une résidence principale, cette plus-value est exonérée d'impôts. Mais si vous réalisez une plus-value sur la vente d'une résidence secondaire, vous devrez payer un impôt. L'impôt sur la plus-value d'une résidence secondaire est imposé à l'impôt sur le revenu au taux de 19%. La plus-value est diminuée d'un abattement, qui dépend de la durée de détention d'un bien. Si vous vendez votre bien moins de 6 ans après l'acquisition, vous ne pourrez bénéficier d'aucun abattement et devrez payer l'intégralité de l'impôt sur la plus-value. Si vous vendez votre bien entre la 6e et la 21e année d'acquisition, vous pourrez bénéficier d'un abattement de 6% par an puis de 4% à partir de la 22e année. Au-delà, le propriétaire en est exonéré. Sachez que pour les plus-values excédant 50 000€, une surtaxe est appliquée. 

Ceci pourrait vous intéresser

Immobilier neuf : les applications mobiles pour aider les proprios

Immobilier neuf : les applications mobiles pour aider les proprios

Vous êtes propriétaire ou futur propriétaire ? Vous voulez investir dans un bien neuf, venez de faire l'acquisition d'un logement neuf ou souhaitez le mettre en location ?...

Lire la suite
Vente d'un bien neuf : quels sont les diagnostics obligatoires ?

Vente d'un bien neuf : quels sont les diagnostics obligatoires ?

Vous allez faire l'acquisition d'un bien sur plan en VEFA ou vous souhaitez vendre votre logement neuf. Si la liste des diagnostics immobiliers requis et obligatoires est bien moins longue...

Lire la suite