L'UFC met en cause les pratiques de certains gros syndics

L'UFC met en cause les pratiques de certains gros syndics

En juillet 2015 le contrat type de syndic est entré en vigueur mais selon l'UFC – Que choisir et l'ARC, les pratiques des gros syndics sont parfois contestables. Deux ans après l'entrée en vigueur du contrat type créé par la loi Alur, l'Observatoire des syndics a comparé les offres de contrats et les tarifs proposés en 2017 par les gros syndics avec ceux de 2014, date de la dernière étude. Les cinq syndics mis au banc d'essai tiennent 70% du marché, selon l'Observatoire. Le résultat de l'étude montre qu'ils pratiquent toujours certains excès dénoncés par l'UFC-Que-Choisir et l'Association des responsables de copropriétés (ARC). Ces associations ont saisi la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) et demandé "une intensification des contrôles et une sanction des pratiques illégales". Selon ces deux associations il est indispensable que le gouvernement "précise très strictement le cadre règlementaire et prévoit des sanctions dissuasives."

Contrats qui augmentent ou prestations qui baissent

Selon l'Observatoire des syndics, les mauvaises pratiques se situent "à tous les étages" et l'instauration du contrat type n'a pas eu d'effet sur l'inflation des prix puisque, soit le coût du contrat a augmenté soit, à tarif égal, c'est le niveau de prestations incluses dans le contrat qui a diminué. Sans parler des hausses du coût des prestations facturées hors forfait et des frais privatifs pour certains...

Un manque de clarté

Au niveau du coût des prestations particulières limitées par décret et rémunérées hors forfait, un certain flou est sciemment entretenu par les principaux syndics. Toujours selon l'Observatoire des Syndics, l'immatriculation du syndicat des copropriétaires est facturée à un prix "qui va du simple au double". Même scénario en cas de litige pour la mise en demeure à un tiers adressée en recommandé. Quant aux taux horaires des prestations particulières facturées individuellement aux propriétaires, ils suivent le même chemin ascendant avec une inflation comprise entre 17 et 127 %.

Les syndics, toujours nécessaires

Malgré tout, pour gérer une copropriété, réunir les fonds nécessaires à son entretien et sa bonne tenue, les syndics restent une nécessité ! En effet, difficile de mettre d'accord tous les propriétaires, qui n'ont pas toujours tous les mêmes intérêts pour certains travaux. Le syndic est avant tout l'intermédiaire de gestion qui veille à ce que la copropriété se porte pour le mieux. Pour rappel, dans l'immobilier neuf, vu l'état neuf des locaux, les charges sont moindres par rapport à l'ancien, avantage supplémentaire pour le neuf ! Contactez-nous pour nous parler de votre projet immobilier, un conseiller prendra attache avec vous dans les meilleurs délais.

Ceci pourrait vous intéresser

Immobilier neuf : zoom sur les 5 tendances architecturales de 2019

Immobilier neuf : zoom sur les 5 tendances architecturales de 2019

Plus écologique, plus connectée mais également plus modulable, l'immobilier se réinvente. Domotique, éco-quartiers, maisons container ou encore immeubles...

Lire la suite
Pourquoi acheter et investir en 2017

Pourquoi acheter et investir en 2017

Pourquoi acheter ou investir dans l'immobilier neuf en 2017 ? L’année 2016 s’est montrée plutôt prometteuse pour les investissements immobiliers, c’est une année record. Pour cette nouvelle année...

Lire la suite